Défenses immunitaires, comment prévenir les maux de l’hiver ?

Lucas, avait quelques mois quand nous avons rencontré notre médecin naturopathe. Il était tout le temps malade, otites à répétions, bronchites, bronchiolites, pneumopathies … son carnet de santé débordait. Jusqu’à un jour où nous étions chez l’ostéopathe, pour lui aussi, mais pour un tout autre sujet, et en échangeant avec le praticien des différentes maladies à répétition de notre fils, il nous oriente vers une médecin naturopathe.

Elle a changé notre vie et surtout celle de Lucas. Fini les antibiotiques, pour la première fois quelqu’un a cherché à comprendre l’origine des infections ORL de notre fils. Sans certitude mais avec une très bonne conviction, elle a évoqué le fait que Lucas était très certainement intolérant au lactose. Terminé les produits au lait de vache et en huit jours de temps c’était réglé …  cela ne tenait à pas grand chose. Il a fait une bonne cure de probiotiques et nous avons arrêté le lait de vache au profit du lait de chèvre. Parallèlement à cela, il a pris de l’homéopathie pour l’aider à renforcer son système immunitaire.

Depuis, chaque hiver, les enfants et moi même faisons un traitement pour nous aider à booster nos défenses.

Je ne suis en aucun cas médecin ou pharmacienne, je partage simplement avec vous, ce qui fonctionne chez nous depuis des années.

Pour Chloé qui à 3 ans, voici les recommandations :IMG_4488

  • Une petite cure de vitamines de chez Pédiakids https://pediakids.com
  • Une ampoule de ZymaD tous les trois mois
  • 10 granules de Thymuline 9CH 1 fois par semaine
  • 3 gouttes matin et soir, sous chaque pied d’huile de massage Défenses Naturelles de chez Pranarom BEBE https://www.pranarom.com-

L’hiver dernier, Chloé à fait deux grosses gastros, dont une qui a nécessité une hospitalisation de 48 heures. Afin de renforcer sa barrière intestinale, elle m’a également recommandé de lui faire tout l’hiver, des cures d’une semaine de probiotiques par alternance (8 jours avec, 8 jours sans) jusqu’au printemps. Depuis sa naissance, nous utilisons ceux de chez Nutergia ERGYPHILUS ENFANTS (jusqu’à 6ans) https://www.nutergia.com

Les garçons sont plus grands, cela change un peu car ils prennent en plus le traitement en prévention de la grippe. (Chloé est trop jeune)

IMG_4491

  • Une bonne cure  d’Acérola (Vitamine naturelle)
  • Une ampoule de vitamine D (également tous les 3 mois)
  • La solution Défenses naturelles de chez Pranarom
  • 10 granules de Thymunile 9H 1 fois toute les deux semaines en alternance avec
  • 10 granules d’Influenzinium 9H (Remboursé sur ordonnance) 1 fois toutes les deux semaines

Le traitement des garçons est le même que celui des adultes, donc vous pouvez également voir avec votre médecin si vous souhaitez essayer.

En espérant vous avoir aidé, je vous souhaite un bon hiver

Joues avec les lettres

38B73DC3-9FB2-400B-B550-231A5BD1D6EEDécouvrir l’alphabet autrement. Chloé connait déjà quelques lettres depuis un moment et elle en est très fière.

« Oh regarde, le C de Chloé, le O de Ours … »

L’entrée en petite section a nourri sa soif de découvrir les lettres et savoir les reconnaître d’avantage. A l’aide de lectures, puzzles et autres petites activités nous découvrons petit à petit l’alphabet au complet.

Voici un aperçu des jeux que nous utilisons à la maison :

IMG_3609

  • Des lettres aimantées de chez Sostrene Grene
  • Le coffret Mes cartes pour apprendre à lire de chez Montessori (Pour des enfants plus grands car il s’agit de lettres cursives). Nous, nous l’utilisons surtout pour nommer le vocabulaire
  • Des tampons encreurs de chez Hema
  • Un puzzle alphabet en bois
  • Une valise j’apprends à lire de chez Nathan où elle place les lettres à l’aide d’un modèle
  • Des coloriages lettres (Grand choix sur Pinterest)

IMG_3604

Concernant nos lectures :

  • Le livre des lettres à toucher de Balthazar (Balthazar accompagne Chloé depuis qu’elle est toute petite et j’apprécie beaucoup la qualité des images et les détails)
  • Des Abécédaires de toute sorte, T’choupi fonctionne bien chez nous
  • D’autres livres sur les lettres et les sons

 

Dans notre quotidien elle reconnaît les lettres sur les bus, on joue à cherche et trouve avec les lettres des enseignes dans la rue …

On profite de chaque instant pour jouer et apprendre au passage

Intox-Detox par Axa Prévention

IMG_3649

Vendredi dernier j’étais invitée par Parole de mamans, avec d’autres mamans influenceuses pour découvrir l’initiative Intox-Detox d’Axa Prévention, celle-ci a été développé afin de vérifier la véracité  des informations qui circulent entre autres dans le domaine de la santé mais pas que…

Aujourd’hui, nous avons accès à un grand nombre d’informations qui circulent rapidement et malheureusement certaines d’entre elles peuvent s’avérer fausses.

Alors, comment avoir une information fiable ? Quelles sources sûres, pouvons consulter ? Autant de questions que je me pose moi-même bien trop souvent.

Axa Prévention à créé sur son site une plateforme en ligne pour que nous puissions poser les questions qui nous interpellent. C’est entièrement gratuit, ouvert à tous et sans abonnement. Un expert santé vous apporte ensuite une réponse sous 48 heures ouvrées.

Je vous laisse le lien pour pouvoir poser, vous aussi, toutes vos questions : https://www.axaprevention.fr/sante-intox-detox

Vous avez également accès aux réponses aux questions précédemment posées sur des sujets comme par exemple : « Le diner est il le repas qui fait grossir ? », « Le pain fait-il grossir ? « , « Où trouver les protéines et le fer lorsqu’on mange peu de viande ? »

Je vous laisse découvrir par vous même ce site que je trouve fort utile et qui permet de lever nos doutes.

IMG_3466

Jouer et découvrir autrement (Activité)

IMG_3441L’automne arrivant à grand pas, nous avons profité de la journée de mercredi, pour découvrir les marronniers avec Chloé

Nous avons été, tout d’abord observer, ces grands arbres et ensuite nous avons ramassé leurs « trésors ».

En rentrant à la maison, je lui ai disposé sur la table basse nos trouvailles sur un plateau transparent. Elle a ainsi pu nommer ce qu’il y avait dedans et apprendre de nouveaux mots. Au passage, nous avons abordé le sujet des saisons, du changement des saisons et comment cela s’observe dans la nature.

IMG_3431

Nous avons regardé son imagier Montessori de Balthazar pour regarder les autres arbres et j’avais également comme support des éléments trouvés sur Pinterest sur le marronnier.

 

Mais ce qu’elle a par dessus tout aimé, c’était d’associer le nombre de marrons au chiffre inscrit sur ses cartes.

Toujours sur la table basse, j’ai disposé les cartes des chiffres de 1 à 5, et ensuite je lui ai demandé de déposer sous chaque carte le chiffre correspondant aux marrons. Quelques hésitations pour le 4 et le 5 mais je compte bien refaire ce genre d’activé très prochainement car elle est vraiment attentive et intéressée.

Je fais partie des gens qui pensent que l’on apprends pas que dans une salle de classe ou dans un livre. J’aime montrer à nos enfants les trésors de la nature et aborder différents thèmes autour de ce sujet qui me tient à coeur et me semble essentiel à transmettre.

Ecole, une semaine après …

Les derniers jours avant la rentrée, Chloé était impatiente et nous parlait beaucoup de l’école. La semaine juste avant, nous avions la possibilité de venir à l’école pour   récupérer l’uniforme de son grand frère puis un autre jour pour déposer ses affaires  (son oreiller, sa couverture, du sopalin …). A chacun de ces deux rendez vous, elle était avec moi et elle observait tout.

Chloé connait déjà bien l’école, car c’est celle de l’un de ses grands frères. Elle a donc l’habitude depuis sa naissance d’aller à l’école, de venir accompagner son frère le matin et de venir le récupérer à 16h30. Elle sait aussi que l’école c’est un lieu, où l’on se fait des amis car elle connait les copains de son frère, que c’est un lieu où l’on fait la fête car elle connait aussi les fêtes de noel à l’école ou les kermesses de fin d’année, je pense que cela à énormément aidé dans sa préparation à cette nouvelle étape.

Le Jour J,

Ils rentraient par demi groupe. Le lundi, le début de l’alphabet et le mardi le reste. Chloé est dans la second groupe. Ses deux frères avaient repris le chemin de l’école et du collège le lundi, elle attendait donc son tour avec impatience. Jour J, l’école se trouve au bout d’une impasse, à peine arrivée dans l’allée, elle nous a regardé et dit : « Pourquoi vous partez pas ? », le ton était donné !

Dans la classe, elle est au début restée collée à nous tout en observant les autres enfants, les parents et bien sûr les jeux et les différents ateliers. Nous, nous sommes présentés à la maîtresse et Chloé à demandé à déjeuner à la cantine. Le reste de l’année, elle déjeunera à la maison et la cantine restera occasionnelle mais là, la demande venait d’elle et comme ils étaient peu nombreux, nous avons trouvé que c’était certainement le bon moment. Nous avons fait avec elle le tour de la classe, le tour des ateliers proposés en libre accès. Dans la classe, quelques enfants pleurent, une petite hurle, Chloé les regarde et ne semble pas comprendre pourquoi ils ne sont pas contents d’être là comme elle, cela ne la perturbe pas plus que cela. Puis nous l’informons que nous allons la laisser, que les parents vont partir et qu’ils vont se présenter avec la maîtresse, que nous reviendrons la chercher après la sieste. Elle est calme et sereine. On s’envoie des bisous et à ce soir.

Je sors de l’école et je crois que c’est ma toute première rentrée ou je me sens si bien. Pas de larmes, de mon coté non plus, pas d’angoisses. Je suis confiante, j’ai confiance dans les personnes à qui j’ai confié ma fille, son frère est dans la même école, il a été dans la même classe il y a quelques années avec la même maîtresse et les mêmes Atsems.

La journée passe et le temps sans elle me semble tout de même une éternité. Un nouveau rythme à prendre, je me surprends même à faire attention à ne pas faire de bruit au moment de la sieste alors qu’elle est à l’école.

« L’heure des parents »

Frustation totale pour moi. Nous arrivons, Chloé et les autres enfants sont assis dans le calme sur un banc. Les maîtresses appellent les enfants un par un quand les parents arrivent. « Ca s’est bien passé ? » Oui ! et je n’en saurais pas plus de la part de la maîtresse. Comment lui dire que je voulais savoir ce qu’ils avaient fait, comment elle s’est comportée,  si elle a bien déjeuné ce midi, si elle a dormi et combien de temps …mais rien de plus que mon oui.

Pas grave, je vais voir avec ma fille mais je n’en saurais pas plus, elle ne sait plus ou me répond par oui ou non, mais elle est toujours contente et veut déjà revenir.

Jeudi et vendredi, elle y va toujours avec beaucoup de plaisir et quand je lui demande ce qu’elle fait en lui posant des questions, elle commence à développer ce qu’ils font. Je la surprends à chantonner une chanson que je ne connais pas et elle m’explique que c’est la chanson de la maîtresse. Nous avons de la chance, (car je sais que ce n’est pas le cas dans toutes les écoles), de pouvoir l’accompagner dans sa classe le matin pour l’aider à mettre ses chaussons et sa blouse et idem pour l’après-midi. Je rentre donc deux fois par jour dans cet environnement qui est le sien dans la journée, elle me montre rapidement sa première peinture.

Des enfants pleurent toujours, cela la perturbe et elle me demande toujours pourquoi ils pleurent, je lui explique. Maman ne part pas, reste encore un peu donc chaque jours avant de partir je l’accompagne à un « atelier » que je lui explique et l’encourage. Quand elle a le sourire, je pars. Tout cela ne dure pas longtemps, mais j’ai besoin de la sentir en confiance pour partir, en général je propose à un autre enfant un peu perdu de faire l’activité avec Chloé. C’est dur de voir des enfants si tristes, j’ai mal pour eux. Je pense beaucoup à ces parents qui comme moi pour mes premiers, devais me dépêcher le matin pour aller prendre mon train, en laissant mes garçons pas toujours serein face à l’inconnu. Aujourd’hui j’ai la chance de ne pas être pressée, donc prendre soin des autres enfants comme j’aurai aimé que quelqu’un le fasse avec mes garçons me semble, naturel.

Je suis tellement contente de ne pas avoir repris le travail et d’avoir le temps le matin pour déposer ma fille sereinement. Le temps de l’accompagner dans cette nouvelle étape et de la rassurer.

Le bilan de cette première semaine est très positif, pour le moment, elle aime l’école, elle est contente d’y venir. Les larmes des autres enfants la perturbe mais je la rassure. Elle me réclame la cantine, mais cela restera occasionnel, par contre tant qu’elle le souhaite je la raccompagne à 13h00 pour aller dormir à l’école et jouer comme elle dit. Cet hiver quand elle sera fatiguée ou malade, les demi-journées seront les bien venues je pense.

Sinon de notre côté, rentrée égal retour des microbes. Rhumes pour tous le monde et les réveils sont déjà dures pour tout le monde. Un rythme à reprendre en attendant avec impatience les prochaines vacances !

Mère au foyer … et alors ?

Petite, j’ai grandi avec des parents commerçants. Présents physiquement car notre logement était situé au dessus de leur commerce mais dans les faits c’était moins cas. Ils étaient bien là mais toujours accaparés par leur métier et lorsqu’on est à son compte, il y a souvent plusieurs métiers dans la même journée, c’est dans ce sens que je dis qu’ils étaient là sans être vraiment là.

J’ai perdu mon papa brutalement à l’âge de 15 ans, et, je ne sais pas si cela à un rapport mais j’ai rapidement voulu avoir une famille, ma famille.

Il y a un peu plus de 13 ans quand mon fils ainé est né, ça a été comme une révélation. Ma vie prenait un sens. Comme un nouveau départ, de nouvelles pages allaient s’écrire et je voulais en profiter pleinement. J’ai, certes repris le travail, mais je me suis accordé une petite période de congé afin de ne pas le laisser si tôt, si petit. A 6 mois, il a fait ses débuts à la crèche et à partir de ce moment là, j’ai adapté mon activité professionnelle en reprenant à temps partiel. Je voulais trouver un équilibre et ne pas juste rentrer pour le bain et le dîner.

Trois ans plus tard, son petit frère est arrivé et j’ai souhaité refaire de la même manière. Un congé maternité un peu plus long que le simple congé (merci aux accords du groupe dans lequel je travaille) et une reprise du travail aux alentours de ses 8 mois tout en continuant le temps partiel. Cette période à été magique, je profitais de mon bébé toute la journée et j’étais présente pour la première année d’école de mon grand. Quel bonheur de pouvoir le déposer à 8h30 et d’avoir la chance d’être là, le soir à 16H30, d’avoir le temps jouer ensemble après l’école, d’avoir le temps de préparer un gouter maison, d’avoir le temps de prendre son temps.

Il y a trois ans, la naissance de Chloé a donné un autre sens à ma vie. Mon dernier bébé, une petite fille et le sentiment que si je voulais profiter de mon trio c’était maintenant. Chloé a aujourd’hui, trois ans et demi. Mardi elle rentre à l’école et je vais encore pendant une petite année profiter d’eux et ne pas leur imposer le rythme qui sera le mien lorsque je reprendrai le chemin du bureau. Je vais encore être là le matin à les aider à se préparer en respectant le rythme et les emplois du temps de chacun, je vais être là si Chloé ne souhaite pas aller à l’école toute la journée ou si le rythme est un peu dur au début, je vais être là pour aller les chercher le midi pour venir déjeuner à la maison selon leur choix, je serai là le soir à 16h30 à la « sortie des mamans », je serai là pour la course des activités du mercredi, je serai là pour les ventes des gâteaux de l’école …. bref je vais prolonger ma pause professionnelle pour profiter pleinement de ce que j’ai fais de mieux dans ma vie.

Alors oui, aujourd’hui je suis une maman au foyer mais une maman tellement heureuse d’être auprès d’eux, même si on est d’accord, ils épuisent et vivement l’école demain !

Grandir sans tétine

IMG_1669
Si vous me suivez sur mon compte Instagram (Ema.andco) vous savez que Chloé va faire sa toute première rentrée des classes en septembre prochain.

Lors de la réunion d’information, on nous a expliqué que pour des raisons d’hygiène, seul un doudou par enfant sera accepté à l’école. Pas de tétine et aucune dérogation possible.

Il était donc temps pour nous d’accompagner Chloé pendant cette période de grandes vacances qui arrivait pour lui apprendre à grandir sans sa tétine. Elle ne la prenait pas beaucoup mais tout de même, dès qu’elle était fatiguée, elle allait dans sa chambre prendre ses doudous et sa tetine et surtout elle ne savait pas s’endormir sans, sauf en cas de grosse fatigue en voiture.

Pour son plus grand frère, nous lui avions expliqué que le jour de ses 3 ans il devrait jeter sa tétine car il était devenu grand. Les premières nuits ont été très très compliquées, plusieurs réveils, beaucoup de larmes … 10 ans après nous nous en souvenons toujours et nous ne voulions pas revivre cela avec Chloé.

Mais d’un autre côté, j’avais hâte que Chloé apprenne à grandir sans ses tétines, premièrement car elle a encore du mal avec certains sons au niveau de la prononciation et secondement pour les raisons évoquées plus haut.

Comment l’avons nous préparé ?

Lorsque nous allions chercher son frère à l’école primaire, je lui ai fais à plusieurs reprises la remarque que les enfants qui sortaient de l’école n’avaient plus de tetine car ils étaient grands et apprenaient pleins de choses en parlant entre eux et avec la maitresse. Et à l’inverse quand je la déposais à la créche, je lui montrais les plus petits qui arrivaient avec leurs parents et qui avaient besoin de leur tétine car ils étaient encore petits. Dans cet esprit là, courant Juin nous lui avons expliqué que bientôt elle allait, elle aussi aller à l’école, et donc quitter la crèche et que de ce fait, nous allions laisser les tétines à la crèche car elle n’en aurait plus besoin. Petit à petit l’idée a fait son chemin, je n’insistait pas.

Et puis le Jour J :

Dernière matinée à la crèche, pincement au coeur pour moi, mon bébé devient grand. A la fin de la matinée, au moment du départ, elle a dit au revoir à toutes ses auxiliaires et sur le chemin du retour je lui ai dis qu’elle était maintenant une grande qui allait bientôt aller à l’école. Nous avons déjeuné et puis vint le moment de la sieste et bien évidement elle m’a demandé sa tetine. Patiemment je lui ai tout ré expliqué. Elle a pleuré en me la demandant (C’est la qu’il faut être bien armée et ne pas craquer), je lui ai fais un gros câlin et je lui ai proposé d’écouter l’histoire de sa boite à histoire avec elle à coté de son lit. A la fin de l’histoire je suis partie, elle ne pleurait plus et à fait sa sieste sans histoire. J’étais extrêmement fière d’elle car au final elle prenait plutôt bien la chose. La journée à continuée et le moment du coucher à été dans la même lancée. Maman tétine ? J’ai pris le temps de lui ré expliqué, nous avons doublé la dose de câlins et la nuit fût sans encombres, pas un seul réveil. Nous n’en revenions pas.

Les journées suivantes ont été dans le même état d’esprit, explications et câlins. Nous avons été impressionné par sa capacité à passer à autre chose, une nouvelle étape dans sa vie de petite fille.

D’elle même maintenant elle dit, moi je suis une grande fille.

Les tétines sont soigneusement rangées dans un joli pochon dans sa boîte à souvenirs.

Et vous, vous avez fait comment ?