Grandir sans tétine

IMG_1669
Si vous me suivez sur mon compte Instagram (Ema.andco) vous savez que Chloé va faire sa toute première rentrée des classes en septembre prochain.

Lors de la réunion d’information, on nous a expliqué que pour des raisons d’hygiène, seul un doudou par enfant sera accepté à l’école. Pas de tétine et aucune dérogation possible.

Il était donc temps pour nous d’accompagner Chloé pendant cette période de grandes vacances qui arrivait pour lui apprendre à grandir sans sa tétine. Elle ne la prenait pas beaucoup mais tout de même, dès qu’elle était fatiguée, elle allait dans sa chambre prendre ses doudous et sa tetine et surtout elle ne savait pas s’endormir sans, sauf en cas de grosse fatigue en voiture.

Pour son plus grand frère, nous lui avions expliqué que le jour de ses 3 ans il devrait jeter sa tétine car il était devenu grand. Les premières nuits ont été très très compliquées, plusieurs réveils, beaucoup de larmes … 10 ans après nous nous en souvenons toujours et nous ne voulions pas revivre cela avec Chloé.

Mais d’un autre côté, j’avais hâte que Chloé apprenne à grandir sans ses tétines, premièrement car elle a encore du mal avec certains sons au niveau de la prononciation et secondement pour les raisons évoquées plus haut.

Comment l’avons nous préparé ?

Lorsque nous allions chercher son frère à l’école primaire, je lui ai fais à plusieurs reprises la remarque que les enfants qui sortaient de l’école n’avaient plus de tetine car ils étaient grands et apprenaient pleins de choses en parlant entre eux et avec la maitresse. Et à l’inverse quand je la déposais à la créche, je lui montrais les plus petits qui arrivaient avec leurs parents et qui avaient besoin de leur tétine car ils étaient encore petits. Dans cet esprit là, courant Juin nous lui avons expliqué que bientôt elle allait, elle aussi aller à l’école, et donc quitter la crèche et que de ce fait, nous allions laisser les tétines à la crèche car elle n’en aurait plus besoin. Petit à petit l’idée a fait son chemin, je n’insistait pas.

Et puis le Jour J :

Dernière matinée à la crèche, pincement au coeur pour moi, mon bébé devient grand. A la fin de la matinée, au moment du départ, elle a dit au revoir à toutes ses auxiliaires et sur le chemin du retour je lui ai dis qu’elle était maintenant une grande qui allait bientôt aller à l’école. Nous avons déjeuné et puis vint le moment de la sieste et bien évidement elle m’a demandé sa tetine. Patiemment je lui ai tout ré expliqué. Elle a pleuré en me la demandant (C’est la qu’il faut être bien armée et ne pas craquer), je lui ai fais un gros câlin et je lui ai proposé d’écouter l’histoire de sa boite à histoire avec elle à coté de son lit. A la fin de l’histoire je suis partie, elle ne pleurait plus et à fait sa sieste sans histoire. J’étais extrêmement fière d’elle car au final elle prenait plutôt bien la chose. La journée à continuée et le moment du coucher à été dans la même lancée. Maman tétine ? J’ai pris le temps de lui ré expliqué, nous avons doublé la dose de câlins et la nuit fût sans encombres, pas un seul réveil. Nous n’en revenions pas.

Les journées suivantes ont été dans le même état d’esprit, explications et câlins. Nous avons été impressionné par sa capacité à passer à autre chose, une nouvelle étape dans sa vie de petite fille.

D’elle même maintenant elle dit, moi je suis une grande fille.

Les tétines sont soigneusement rangées dans un joli pochon dans sa boîte à souvenirs.

Et vous, vous avez fait comment ?

Bye bye les couches …

La propreté, Grande étape !

IMG_6745

Il parait que certains enfants sont prêts à 18 mois, chez nous, cela n’a pas été le cas ni pour les garçons ni pour Chloé.

Je me souviens d’ailleurs, qu’au rendez-vous des 3 ans, chez la pédiatre, Chloé portait encore des couches. La pédiatre l’a vu et m’a dit : « Elle ne va pas du tout sur le pot ? » Je lui ai répondu qu’elle y allait quand je lui proposais mais que d’elle-même, elle ne demandait jamais à y aller. Elle m’a répondu, elle n’est pas prête mais dans le coup, elle fera certainement tout d’un coup (jour et nuit)… J’étais sceptique, voire très sceptique…

En soit, le fait qu’elle ne soit pas encore « propre » ne me posait pas vraiment de problème, à part peut être les remarques des gens du type : « Ah bon elle n’est pas « propre » ? » « Mais elle a quel âge ? » « Tu devrais être plus ferme » …

Elle savait très bien se retenir, et lorsque nous lui disions « On va sur le pot », elle faisait quasiment chaque fois quelque chose. Le fait qu’elle ne demandait jamais me posait plus de problèmes. Ressentait-elle son envie d’aller aux toilettes ? Pourquoi ne demandait-elle jamais ? ….

Elle allait à la crèche plusieurs fois par semaine et souvent quand les autres enfants se rendaient aux toilettes, elle les accompagnait et en profitait pour faire quelque chose mais dans les faits si on ne lui en parlait pas, elle faisait sans aucune gêne dans sa couche.

Je ne voulais surtout pas lui mettre de pression et je voulais attendre qu’elle soit prête en respectant son rythme, mais en même temps je voulais l’accompagner dans cette nouvelle étape.

Un matin, je me suis dit que j’allais la mettre en culotte et que nous verrons bien. Toutes les heures je l’ai accompagné aux toilettes et elle a fait systématiquement ou presque, c’est venu comme ça. Tout simplement, tout naturellement… Petit à petit, je l’ai laissé gérer son envie et ses besoins d’elle-même.

En quasiment une semaine, elle est devenue propre de jour comme de nuit. Un peu comme si elle l’avait toujours été… Son pot est à disposition dans la salle de bain pour respecter son intimité, elle y va seule ou parfois demande de l’aide.

Je crois que dans le fond un enfant devient propre quand IL le décide. Je ne regrette pas d’avoir pris le temps pour cette étape, cela s’est fait dans la douceur, à son rythme et si c’était à refaire, je ferai pareil.

Ecoutez vous et écoutez votre enfant, dans le fond c’est vous qui le connaissez le mieux.

Visite au salon Baby de Paris

charlotte Aller à un salon Baby pour quoi faire ?

Pour répondre à nos questions et interrogations. L’arrivée d’un bébé est une nouvelle étape et entre les avis des grands parents, des copines et des études comparatives entre les produits il y a de quoi se poser une multitude de questions sur les choix à faire.

C’est donc l’endroit idéal où vous allez pouvoir faire le plein d’informations et rencontrer des professionnels sur des sujets allant de la conception au quotidien de bébé pour ses premières années en passant par la grossesse et la préparation de l’arrivée de bébé.

Selon moi c’est surtout le lieu où échanger directement avec les marques, y découvrir leurs nouveautés, leurs engagements et il faut dire que dans le domaine de la maternité les choses bougent en permanence à une vitesse folle. J’ai été très impressionné de voir qu’entre mes deux premières grossesses beaucoup de choses avaient évolué voir même  complément changé pour d’autres.squiz

Le salon Baby c’est aussi l’occasion de faire de belles rencontres avec des marques toujours plus innovante pour nous faciliter le quotidien, et des marques qui cherchent à faire des produits pour nos petits, de plus en plus « clean » et « made in France ».

Lors de cet événement vous pouvez également acheter à prix plus doux de nombreux articles, certaines marques vous proposent des échantillons pour pendre le temps de tester les produits avant d’investir.

joone Mes coups de coeur vont aux marques Squiz qui propose des gourdes réutilisables pour compotes ou purées, Good gout qui propose une large gamme alimentaire BIO pour nos bébés et maintenant même pour nos plus grands, Joone la marque de couches « Clean » que nous utilisons depuis maintenant 1,5 ans et d’autres marques que je vais tester prochainement comme Waterwipes des lingettes composés à 99,9 % d’eau et Charlotte Baby et Family Bio une marque de cosmétique Bio pour bébé qui à également une gamme famille.